Krishna retrouve sa fille Shakira : «Li ti an larme ek dir mwa li’nn aggresser»

Plus les jours passaient, plus le désespoir était grand chez les Seesunkur. « Suite à la disparition de ma fille depuis le 3 décembre je craignais que les personnes qui se trouvaient en sa compagnie la tuent », confie Krishna, le père de Shakira. Cependant, la tension s’est estompée samedi matin, quand ce dernier a reçu un appel téléphonique lui disant que l’adolescente se trouvait à la gare de Quatre-Bornes.

Shakira Seesunkur.

« J’ai tout de suite informé le poste de police de Phœnix pour que des policiers se rendent sur place afin de pouvoir récupérer ma fille. Ils m’ont dit que je devais téléphoner au poste de police de Quatre-Bornes. Au final, je me suis rendu personnellement sur place », indique-t-il.

Grande faiblesse

Krishna, le père de Shakira.
Krishna, le père de Shakira.

Une fois aux abords de la gare routière de Quatre-Bornes, Krishna s’est retrouvé nez à nez avec sa fille Shakira, qui était en compagnie d’une de ses amies. « Linn dir mwa linn gagn bate e linn blese. Monn gagn enn soulazman kan mo finn trouv li, me selma monn gagn sagrin kan monn get li », dit-il. Sa fille était dans un état de grande faiblesse.

Sans plus tarder, Krishna a amené sa fille à  l’hôpital Victoria, à Candos, où elle a subi plusieurs examens médicaux. « Ma fille était constamment en larmes. Elle ne cessait de me dire qu’elle avait été agressée et que son téléphone cellulaire et sa carte SIM avaient été endommagés. »

Notons que les démarches des parents de Shakira pour retrouver leur fille se faisaient tantôt sur le terrain, tantôt sur Facebook. Quand sa fille était en ligne sur Facebook, elle ne pouvait pas parler, confie son père. Sa famille envisage de suivre de très près les activités de Shakira, afin de savoir ce qui se passe dans sa vie. « Cela, que ce soit à partir de son téléphone cellulaire ou de son compte Facebook », précise son père.

Le frère de Shakira Seesunkur raconte la peine qu’il a eu suite à la disparition de sa sœur. Voulant à tout prix la retrouver, il avait sillonné, pendant plusieurs jours et 24 heures sur 24, différentes régions du pays : Albion, Pointe-aux-Piments, Trou-aux-Biches. « Dans certains endroits, la police m’a accompagné. Certains des policiers m’ont même dit que ce sont des endroits très difficiles et dangereux. »

Après son rétablissement, Shakira Seesunkur devrait être entendue par la police afin que soient établis les faits dans cette affaire.