Meurtre à Curepipe : 3 suspects, dont un policier interpellés

La Criminal Investigation Division (CID) de Curepipe a interpellé un policier de la Special Supporting Unit (SSU) vendredi à la suite du meurtre de Premdutt Panchoo, âgé de 47 ans. Soumis à un interrogatoire, Vasoodeven S. a nié l’accusation portée contre lui et dit qu’il avait plutôt aidé la victime. Alors que le suspect était dans les locaux de la CID, les éléments de la Major Crime Investigation Team ont pris le relais.

Ils soupçonnent que le policier n’a pas dit toute la vérité sur cette affaire. Dans sa version des faits, Vasoodeven S. a en effet déclaré à ses collègues que jeudi soir, il avait vu Premdutt Panchoo non loin de sa maison, rue Robinson, à Curepipe, et qu’il portait des blessures sur le corps. Le quadragénaire lui aurait confié qu’il avait fait une chute. « C’est moi qui ai appelé le Samu », a-t-il déclaré aux enquêteurs.

Selon Vasoodeven S., Premdutt Panchoo avait bu quelques verres et a décliné toute assistance médicale. Cependant, le personnel soignant s’est déplacé sur les lieux et comme le quadragénaire était réticent, il lui a été conseillé de se rendre à l’hôpital. Peu après, Premdutt Pachoo s’est écroulé un peu plus loin sur l’asphalte. Cette fois, ce sont ses proches qui l’ont retrouvé avec du sang sur ses vêtements. Ces derniers ont une nouvelle fois sollicité l’assistance du Samu, qui a transporté le blessé à l’hôpital de Candos. Il a rendu l’âme aux petites heures hier. Son cadavre a été envoyé à la morgue, où l’autopsie du Dr Maxwell Monvoisin, Principal Police Medical Officer, a attribué le décès à un “shock due to chest injury”. Le médecin légiste a noté des blessures sur le corps du quadragénaire qui ne seraient pas dues à une chute. La thèse du “foul play” a été confirmée.

Entre-temps, la CID et des éléments du Scene of Crime Office se sont rendus sur les lieux de l’agression à la recherche de tout objet suspect qui aurait pu être utilisé contre le quadragénaire. Ils n’ont rien trouvé d’incriminant. Sur la base de certains renseignements, ils ont appréhendé le policier de la SSU et deux autres personnes pour interrogatoire. Ces derniers ont été aperçus avec Premdutt Panchoo peu avant sa mort. Des trois, seul le policier a été retenu en début de soirée pour poursuivre l’exercice de “questionning”. En début de soirée, il rejetait toute implication dans ce crime. Les enquêteurs soupçonnent que Premdutt Panchoo a été agressé car il embêtait le voisinage après avoir bu quelques verres. L’enquête se poursuit sous la supervision du surintendant Parmessur.